Comment seront les livres dans le futur ? Les concepts d’IDEO

Posted on 11 octobre 2010

4


FUTURE_OF_BOOKS_IDEO_INNOVATION

La société de conseil en innovation et design IDEO a réalisé la vidéo ci-dessous pour montrer ce que pourrait devenir les livres numériques dans le futur…une vision où les livres seront connectés ça c’est sûr…mais surtout sociales, interactifs, personnalisables et ouverts…

IDEO imagine alors trois concepts différents basés sur les livres numériques :

– Le livre générateur de débat :
Un outil où le lecteur peut voir l’impact du livre sur l’opinion publique, et participer lui aussi au débat sur telle ou telle partie du contenu du livre ; un livre qui permet de voir en temps réel les commentaires des autres lecteurs sur la partie en cours de lecture, ou encore ce qui se dit du livre dans les médias. Un livre qui peut être donc un accès direct à du contenu additionnel, et qui permet de se former son propre opinion sur les propos de l’auteur.

– Le livre recommandable :
Un outil, qui est d’ailleurs représenté dans la vidéo comme un outil de knowledge management d’entreprise, qui permet de recommander à ses collègues / amis un livre « immanquable » ou encore un livre qui ferait avancer les réflexions ou la créativité sur un projet d’entreprise. Imaginez qu’une grande entreprise mette à disposition une bibliothèque de livres virtuels, où les employés pourraient télécharger des livres à volonté sur leurs tablettes, imaginez que chaque employé ait un profil, et que celui-ci peut recommander un livre en un clic à un autre employé, et enfin, imaginez que les utilisateurs puissent partager leurs opinions sur le livre et faire avancer les connaissances de tous les employés de l’entreprise.

– Le livre au contenu interactif :
Même tendance de fond que pour les vidéos interactives (la co-création et le marketing de l’expérience), un livre où le lecteur est aussi impliqué dans le cours de l’histoire, et peut interagir avec le contenu proposé. Ici, la notion de délinéarisation est aussi forte (je ne suis plus obligé de lire le livre chapitre par chapitre, et je choisi moi-même le cours de l’histoire, rendant mon « parcours » unique).

Ce que j’en pense :
– Le monde du savoir et des livres sera fortement bousculé ces prochaines années. Pas demain, car ce n’est pas en 2011 que chaque personne sera possesseur d’une tablette, mais quand même, rien que pour l’iPad, Apple pourrait en vendre 21 millions en 2011…Ainsi, nous continuerons à avancer vers un monde en deux temps : ceux qui vivent dans l’intangible et ceux qui sont encore dans le tangible.

– Pour l’entreprise, je pense que celles-ci ont intérêt à intégrer la virtualisation des livres le plus tôt possible dans leurs stratégie de Knowledge Management. Rien que par cette vidéo, nous pouvons nous imaginer le potentiel d’un tel outil pour l’entreprise et pour sa ressource clé, les connaissances de ses employés.

– Pour les individus, à mon avis, cela peut fortement booster la lecture de livre, et remettre au goût du jour ce mode de transmission du savoir. En effet, on voit clairement aujourd’hui que la vidéo prend le pas sur les autres formes de communication. Mais en rendant les livres sociales, interactifs et personnalisables, peut-être que cela redonnera goût à la lecture aux digital natives ?

Pour les institutions, l’enjeu me paraît également essentiel : n’oublions pas que ce sont les mairies qui gèrent les bibliothèques…si celles-ci voudront réussir à attirer les futurs lecteurs, il faudra voir la culture comme quelque chose de vivant, autant dans le monde virtuel que réel, et inclure ce service de livres numériques au bon moment.

Enfin, nous pouvons déjà nous imaginer une chose : si la culture et la lecture se développent sur les livres numériques comme la musique sur fichiers MP3, les designers risquent bien de nous annoncer la mort des piles de livres et des bibliothèques de salon…comme ce fût le cas pour nos belles piles de rangements de CD à droite de la TV…sniff

Et vous, que pensez-vous de cela ? Resterez-vous plutôt adepte du livre traditionnel ou attendez-vous avec impatience que les livres numériques se démocratisent ?