Red Monkey Theory : Jef Staes Innovation Management

Posted on 30 novembre 2009

0


Jef Staes, un intervenant en entreprise sur le thème du management de l’innovation, donne les grandes lignes en vidéo (qui sont toutes postées en fin d’article) de sa théorie du « Singe Rouge ».

Le singe rouge est un symbole pour lui d’une idée originale des autres…

En comparant l’entreprise a une jungle, il part du principe qu’il y a beaucoup d’animaux différents, des singes bruns, des poissons rouges, alors pourquoi pas un singe rouge ?

Jef Staes définit l’innovation comme « a creative entrepreneurship », où il donne une explication très claire dans la deuxième vidéo plus bas.

L’un des points essentiel de ces vidéos me semble être son point de vue sur la génération d’idée et la force créative en entreprise. Il explique que la force créative de départ d’une entreprise monte jusqu’au TOP Management lorsque celle-ci se développe. Cela provoque un management de l’innovation Top-Down.

Or, ces personnes ne sont à terme plus en contact avec la réalité du marché et les nouvelles aspirations des consommateurs. Ainsi, il faut également avoir une approche de l’innovation en entreprise Bottom-Up, où les idées vont pouvoir venir de personnes qui sont aux frontières entre l’entreprise et son environnement.

Dans le management de l’innovation de Henkel, le Top Management avait perçu l’importance d’avoir une approche à la fois Top-Down et Bottom-Up. Des outils ont alors été mis en place pour permettre aux personnes en contact avec le marché de générer des idées et les proposer.

Mais la majorité des idées sélectionnées pour continuer dans le Innovation Pipeline provenait de personnes appartenant à des structures proches du Top Management.

Concernant l’innovation, qui est l’un des enjeux majeurs en entreprise, il semble que la maîtrise de cette thématique est également synonyme de pouvoir dans l’entreprise. Ainsi, cela paraît étrange, voire dérangeant peut-être, si la force créative ne se situe pas (ou pas seulement) au sein du TOP Management et de ses nébuleuses stratégiques.

Comment palier à cela ? A mon avis, quand le Top Management décide de créer un climat d’innovation ouvert, celui-ci doit en accepter les règles du jeu, et donc accepter de ne plus conserver que pour lui la force créative de l’entreprise, mais cela ne semble pas facile à faire. Peut-être avez-vous d’autres idées ? ;-)

Bref, voici les vidéos de Jef Staes, courtes et claires…et dsl pour la musique de départ…